fbpx

Nos montagnes de vêtements : dire stop à la surconsommation

par | 20 mars 2020


L’industrie textile est la deuxième source de pollution après l’industrie pétrolière, elle représente 10% des émissions de carbone au niveau mondial. Sans parler des produits chimiques utilisés pour la fabrication des fibres et de la surconsommation d’eau nécessaire à la production du moindre t-shirt ou jean. Selon l’ADEME, 4% de l’eau potable mondiale est utilisée par le secteur de la mode. En France, 600 000 tonnes de vêtements et chaussures sont achetées chaque année… pour très rapidement finir à la poubelle (parfois sans même avoir été portés). Ils sont alors enfouis ou incinérés. Dans le meilleur des cas, ils sont déposés dans des bornes de collecte. Mais la surconsommation est telle que les associations qui récupèrent les textiles ne savent plus quoi en faire.
A Audacie, association d’insertion à Châtellerault, la directrice Gwenaëlle Manon confie : “Nous sommes en surstock. Et c’est le cas de toutes les structures de tri. Le marché est saturé et les pays en développement ne veulent plus de nos poubelles. On est à la fin d’un système.” Alors, que deviennent les montagnes de vêtements que nous achetons et jetons chaque année ? Visite du chantier textile d’Audacie avec la coordinatrice Charlotte Wallet.



Interview et photo : Hildegard Leloué

Pour (re)lire le reportage complet sur le projet d’économie circulaire :

Partagez cet article en un clic

Vous êtes sensible à notre ligne éditoriale ? 

Soutenez un média indépendant qui propose en accès libre tous ses articles et podcasts. Si nous avons fait le choix de la gratuité, c’est pour permettre au plus grand nombre d’avoir accès à des contenus d’information sur la transition écologique et sociale, défi majeur de notre époque. Nous avons par ailleurs décidé de ne pas avoir recours à la publicité sur notre site, pour défendre un journalisme à l’écoute de la société et non des annonceurs. 

Cependant, produire des contenus d’information de qualité a un coût, essentiellement pour payer les journalistes et photographes qui réalisent les reportages. Et nous tenons à les rémunérer correctement, afin de faire vivre au sein de notre média les valeurs que nous prônons dans nos articles. 

Alors votre contribution en tant que lecteur est essentielle, qu’elle soit petite ou grande, régulière ou ponctuelle. Elle nous permettra de continuer à proposer chaque semaine des reportages qui replacent l’humain et la planète au cœur des priorités. 

Abonnez-vous gratuitement à notre lettre d’information

pour recevoir une fois par mois les actualités de la transition écologique et sociale

Aller au contenu principal