fbpx

Un appel à projets agricoles à Marnes (79) : cultiver et expérimenter

par | 12 février 2019

tiers-lieu agricole


Un lieu d’expérimentation et de réflexion sur l’agriculture et la ruralité de demain, voilà ce qu’est voué à devenir le lieu-dit de Retournay à Marnes, dans les Deux-Sèvres. Accompagnée par la Coopérative des tiers-lieux et Agrobio Deux-Sèvres, la famille propriétaire du moulin de Retournay lance un appel à projets pour accueillir des personnes souhaitant créer ou développer une activité d’agriculture ou de maraîchage biologique, dans un cadre collectif. Un projet de tiers-lieu agricole unique dans la région.


“C’est important pour nous de contribuer au changement de modèle agricole”

Geneviève, Hilaire et Fanny Herbert. La famille de Geneviève est installée dans le hameau de Retournay depuis cinq générations

Chacun sa façon d’envisager la retraite. À Retournay, un hameau situé à Marnes dans les Deux-Sèvres, la famille de Geneviève et Hilaire Herbert est propriétaire depuis cinq générations d’un lieu atypique de 10 hectares composé d’un moulin, d’un petit manoir classé, d’une ancienne usine à farine transformée en bureaux, d’un gîte, d’une maison et de terres agricoles. Elle possède également 10 hectares cultivables autour de Marnes, et 33 autres à Saint-Généroux, une commune voisine. “Retournay a toujours été un lieu de passage, de brassage, plein de vie, raconte leur fille Fanny. Quand les parents ont pris leur retraite ça a fait comme un vide.” Quand est venue l’heure de réfléchir concrètement au futur de ce lieu et à la manière de lui insuffler une nouvelle dynamique, la famille a envisagé de le transformer en tiers-lieu agricole. Leur intention est de permettre à des personnes de développer une activité de maraîchage et/ou d’agriculture biologique, dans un cadre collectif, avec l’idée plus générale de convertir ce hameau en espace d’expérimentation et fabrique d’idées concrètes pour l’agriculture et la ruralité de demain. “L’agriculture extensive nous tracasse, confie Hilaire Herbert, c’est important pour nous de contribuer au changement de modèle agricole. Nous sommes ouverts à toutes les propositions, culture expérimentale, maraîchage, permaculture… pour lier intérêts écologiques et économiques.”

Faciliter l’installation de porteurs de projets agricoles

La famille Herbert, soutenue par la Coopérative des tiers-lieux, réfléchit depuis plusieurs années au devenir de Retournay et de l’exploitation, dans le sens de la transition agricole et écologique

L’engagement d’Hilaire Herbert pour la transition écologique et agricole ne date pas d’hier. Le sexagénaire était gérant de deux sociétés, l’une de production d’alimentation animale et l’autre d’élevage porcin, la seconde ayant justement été créée pour faire des essais alimentaires, trouver des solutions les plus naturelles possibles et les plus économiques en termes de production. La quasi totalité de ces élevages, repris depuis par les salariés, sont bio aujourd’hui. “Une fois à la retraite, je me suis dit qu’ici on pourrait garder le même esprit, et expérimenter dans la culture avec des jeunes. Ce qu’on voudrait c’est pouvoir leur offrir la possibilité de faire ici ce qu’ils ne pourraient pas faire ailleurs.” Et pour cela la famille Herbert est prête à offrir des conditions d’installation facilitantes, en mettant gracieusement à disposition certaines parcelles par exemple, ou en mettant en place un système de prix de location lié au résultat. Une personne voudrait tester une activité agricole tout en gardant un autre métier le temps de mesurer la faisabilité de son projet ? Une autre voudrait s’investir dans l’entretien de la propriété de façon à compléter ses revenus le temps de l’amorçage d’activité ? Pourquoi pas, l’appel à projets est volontairement ouvert, “tout est imaginable”. L’exploitation passe en bio à partir du mois d’avril. Actuellement les terres sont mises au repos pour accueillir les futures cultures.

Rencontre avec Vivant la radio

Hilaire et Geneviève ont par ailleurs mobilisé un réseau de complices et d’anciens agriculteurs partageant leurs convictions, et prêts à mettre leurs connaissances et compétences au service du projet. Parmi eux, Dominique Paquereau, ancien élu local et agriculteur bio à la retraite.

Un projet de tiers-lieu agricole unique en Nouvelle-Aquitaine

Lucile Aigron, cogérante de la Coopérative des tiers-lieux

Pour amorcer cette nouvelle dynamique au moulin de Retournay, la famille Herbert est soutenue par Agrobio Deux-Sèvres, et accompagnée par la Coopérative des tiers-lieux, qui a plus l’habitude de voir se développer des tiers-lieux autour du tertiaire ou de l’artisanat. “Pour moi cette naissance de projet de tiers-lieu agricole est une première, en tout cas avec cette volonté d’accueillir des individus ou des collectifs prêts à réinventer les fonctions et les usages d’un hameau, à mutualiser des ressources et des moyens, souligne Lucile Aigron, cogérante de la Coopérative des tiers-lieux. Ce qui est proposé est un terrain vraiment fertile pour favoriser l’émergence d’un projet collectif autour d’un intérêt général, autour d’une nouvelle agriculture vivante, durable, biologique.” Même constat du côté de Loïc Michaud, référent tiers-lieux à la Région Nouvelle-Aquitaine pour l’ex-Poitou-Charentes et l’ex-Limousin : “Ce qu’on voit plus généralement ce sont des tiers-lieux hybrides proposant des espaces-tests agricoles. C’est le cas à Dolus d’Oléron où la mairie porte un projet de tiers-lieu dans une ancienne colonie de vacances déclarée inconstructible après la tempête. Sur les quatre hectares, une partie sera mise à disposition de maraîchers qui voudraient tester leur activité.” Au moulin de Retournay, la porte d’entrée pour amorcer le projet de tiers-lieu est bien l’agriculture, mais l’idée est tout de même de créer un cercle vertueux favorisant l’installation d’autres professions et activités, et de générer des projets communs.

Pour les porteurs de projets intéressés, les visites du site se dérouleront les 28 février et 4 mars 2019. Le calendrier et l’appel à projet sont consultables ici.

Vivant la radio / Rencontre avec Hilaire Herbert pour une visite du lieu-dit de Retournay et une présentation générale du projet


Rédaction : Hélène Bannier
Photo : Annabelle Avril

Vous aimerez aussi

Troc de semences : liberté, autonomie, biodiversité

Troc de semences : liberté, autonomie, biodiversité

Avec la réouverture progressive des bibliothèques et médiathèques à partir du 11 mai, les grainothèques vont aussi être à nouveau accessibles. Plus de 800 ont fleuri ces dernières années en France et dans le monde, sous l’impulsion de Graines de troc. C’est depuis son...

lire plus
Aller au contenu principal