fbpx

Moulin à vent du Chêne (79) : réhabilitation d’un patrimoine utile

par | 27 septembre 2018

Moulin du Chêne 79

Au commencement était le moulin. 2700 ans avant les éoliennes, les moulins à vent déployaient déjà leurs ailes pour produire de l’énergie, ils ont été les siècles passés un moteur du développement économique… jusqu’à ce qu’on les laissât s’écrouler. Entre Vernoux-en-Gâtine et Le Beugnon dans les Deux-Sèvres, l’association Redouna daus ales à la Gâtine a remporté le pari de réhabiliter le Moulin du Chêne. Un meunier y travaille en circuit court.


Un financement collectif et deux ans de chantier

Le Moulin du Chêne 79

Le Moulin du Chêne, 70m² de prise au vent pour produire de l’énergie propre

Blé tendre, blé dur, sarrasin, seigle : en un an 15 tonnes de céréales sont passées entre les meules en silex de Franck Lerceteau, le meunier du Moulin du Chêne. Après plus de 100 ans à l’abandon, la construction de 15 mètres de haut, datant de la fin du 16ème siècle, a retrouvé toute son utilité sous l’impulsion de Redouna daus ales à la Gâtine. L’association a lancé le grand chantier de la réhabilitation du moulin en 2014. “L’idée c’était de sauver un patrimoine, d’exploiter économiquement le moulin en utilisant en plus des énergies renouvelables. Et on a redonné vie à ce petit coin de Gâtine, à la ruralitése réjouit Christian Charry, président de l’association. Les travaux ont duré jusqu’en 2016 (restauration de la tour, installation de la couverture et des ailes, aménagement intérieur). Un budget de 500 000 euros couvert à 32% par le financement participatif via la Fondation du Patrimoine, 60% grâce au mécénat de la Mutuelle Apivia, et 8% par la réserve parlementaire d’un député et d’un sénateur. Comme un clin d’œil à l’histoire, du Moulin du Chêne on peut observer sur la ligne de crête à 5 km des éoliennes en action. « Trois cents ans nous séparent! »

Le circuit court pour s’approvisionner en céréales et vendre la farine

céréales moulin du chêne

Des céréales produites localement

Le meunier, Franck Lerceteau, s’approvisionne en céréales uniquement chez des producteurs locaux : le blé bio vient de Secondigny, le blé conventionnel d’Ardin, le seigle et le sarrasin d’Airvault. « Pour le sarrasin l’agriculteur en fait spécialement pour moi, il a augmenté sa production de 3 tonnes pour pouvoir me fournir et il m’invite même à venir dans les champs pour voir comment se porte la future récolte ! ” raconte-t-il. Même logique de proximité pour ce qui est de la vente de la farine, “tout se passe dans le département”. Les plus gros volumes partent chez des boulangers, à Vernoux-en-Gâtine, Thouars et Niort. Parallèlement, le Moulin du Chêne approvisionne des épiceries et magasins bio à Parthenay, Bressuire, Niort et Coulonges-sur-l’Autize.Le dimanche on fait aussi une vente sur place pour les particuliers, sur un temps où il est aussi possible de visiter le moulin.

Produire avec le vent

Franck Lerceteau, moulin du chêne 79

Franck Lerceteau, d’ingénieur de production à meunier

Produire de la farine au moulin demande de s’intéresser à la force du vent autant qu’un véliplanchiste ! “Je suis en permanence rivé sur mon portable pour savoir s’il y aura du vent ou pas, et organiser mes journées en fonction, explique Franck Lerceteau. À partir de 20 km/h la priorité est à la production. Au-delà de 60 km/h, le système pourrait s’emballer alors je préfère éviter. Ça fait un an que je pilote le moulin, je suis comme un jeune conducteur qui teste son véhicule, avec prudence.Que faisait Franck Lerceteau avant de devenir meunier en Gâtine ? Il a travaillé 20 ans comme ingénieur de production dans l’industrie automobile puis comme acheteur bois pour la menuiserie. “J’ai eu envie de tourner une page, de vivre pleinement autrement. Le moulin, c’était un projet de famille.” Son objectif aujourd’hui, générer 35 tonnes de farine de froment (blé tendre) et augmenter aussi les productions des autres types de farines pour pérenniser l’activité.

Entrez dans la mécanique du Moulin à vent du Chêne !

Moulin du Chêne

Au dernier étage du Moulin du Chêne

Comment fonctionne le moulin à vent ? Petite visite sonore avec Christian Charry, président de l’association Redouna daus ales à la Gâtine :


Rédaction : Hélène Bannier
Photos : Annabelle Avril, Julia Vandal, Hildegard Leloué

Partagez cet article en un clic

Vous êtes sensible à notre ligne éditoriale ? 

Soutenez un média indépendant qui propose en accès libre tous ses articles et podcasts. Si nous avons fait le choix de la gratuité, c’est pour permettre au plus grand nombre d’avoir accès à des contenus d’information sur la transition écologique et sociale, défi majeur de notre époque. Nous avons par ailleurs décidé de ne pas avoir recours à la publicité sur notre site, pour défendre un journalisme à l’écoute de la société et non des annonceurs. 

Cependant, produire des contenus d’information de qualité a un coût, essentiellement pour payer les journalistes et photographes qui réalisent les reportages. Et nous tenons à les rémunérer correctement, afin de faire vivre au sein de notre média les valeurs que nous prônons dans nos articles. 

Alors votre contribution en tant que lecteur est essentielle, qu’elle soit petite ou grande, régulière ou ponctuelle. Elle nous permettra de continuer à proposer chaque semaine des reportages qui replacent l’humain et la planète au cœur des priorités. 

Abonnez-vous gratuitement à notre lettre d’information

pour recevoir une fois par mois les actualités de la transition écologique et sociale

Aller au contenu principal