fbpx

Municipales 2020 : “Réoxygéner notre démocratie”

par | 5 novembre 2019


Participation citoyenne, fin de la politique-métier, transparence… le changement de culture démocratique viendra d’en bas et non d’en haut. Telle est la conviction de Christian Proust, Parthenaisien et auteur du Guide pratique pour oser s’impliquer dans la vie politique locale. A 67 ans, cet ancien directeur général adjoint des services du Département des Deux-Sèvres organise de nombreuses conférences partout en France à l’invitation de listes citoyennes prêtes à s’engager dans les élections municipales de 2020. Entretien.


Quel élément déclencheur vous a incité à écrire ce Guide pratique pour oser s’impliquer dans la vie politique locale ?

Les élections législatives de 2017 ont été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Car quand on regarde les chiffres de près, on constate que les députés qui ont été élus l’ont été par moins de 20% des gens en âge de voter sur leur circonscription. Pour moi, cela sonnait le glas de la démocratie représentative puisque précisément, à ce niveau-là de participation des électeurs, il n’y a plus de notion de représentativité qui tienne. Je me suis alors interrogé sur la raison de cette colère : pourquoi les gens ne vont-ils plus dans l’isoloir ? Pourquoi votent-ils blanc, ou nul ? Pourquoi ne s’engagent-ils plus sur les listes électorales ? Tout cela se passait avant l’affaire des gilets jaunes bien entendu. Et pour moi, cette colère pouvait s’expliquer par un refus des pratiques politiques qui existent depuis des dizaines d’années dans notre pays.

Quelles sont ces pratiques politiques qu’il faut impérativement changer selon vous ?

Ce dont les gens ne veulent absolument plus ce sont les politiciens de carrière, la politique-métier, les luttes de pouvoir et les clivages stériles. Autre problème, la consanguinité politique, autrement dit cette capacité qu’ont les élus à jouer au jeu de chaise musicale, en changeant de chaise mais en ne faisant jamais entrer personne de nouveau dans le jeu. Ce dont les citoyens ne veulent plus non plus, c’est être absents de la gestion municipale entre deux élections. Ils veulent pouvoir être acteurs d’une manière ou d’une autre entre les moments où l’on peut voter dans notre pays. Cette notion de participation des habitants à la gestion de la cité est devenue complètement évidente… à tel point qu’il y aura beaucoup d’imposteurs sur cette question en 2020 ! Dans les pratiques, autre chose est aussi fortement contesté, c’est l’absence de transparence, le non contrôle possible de ces élus qui ne rendent plus de compte entre deux élections. Le réquisitoire que je suis en train de faire n’est pas forcément exagéré. Un sondage Opinion Way de juin dernier est clair sur ce point : les Français aiment la politique et veulent bien être interrogés sur le programme municipal, beaucoup d’entre eux ne détesteraient pas être associés à la gestion du bien commun.

Comment peut s’opérer ce bouleversement des pratiques politiques et de la culture démocratique?

Pour changer les pratiques politiques qui suscitent une telle colère, il faut changer les règles du jeu. Et si on veut changer les règles du jeu il faut changer les joueurs. Si on prend l’exemple du non-cumul des mandats, il est presque impossible en France de modifier une telle règle si on attend que ce soit fait par les députés et les sénateurs, parce qu’ils ne vont pas scier la branche sur laquelle ils sont assis ! Pour changer les joueurs, je ne vois pas d’autre solution que de le faire par le bas, c’est-à-dire par le biais communal. Une nouvelle culture démocratique reposant sur le partage du pouvoir, la participation de la population, la transparence, etc., arrivera par de nouvelles personnes, à l’image de la commune de Saillans. Les listes citoyennes, ce sont justement des listes qui ont la volonté de transformer les pratiques politiques et de rejeter tout ce que je viens de décrire. Il s’agit d’une organisation beaucoup plus horizontale, où la tête de liste n’est pas dieu sur terre, où les responsabilités sont réellement partagées, et pas seulement avec des gens qui font de la figuration. Il n’y a pas d’autre solution que de réinventer la politique, avec des gens nouveaux qui mettent en place des méthodes nouvelles et des idées nouvelles.

Vous évoquez Saillans dans la Drôme, en quoi cette commune a changé les règles du jeu démocratique ?

Avec les municipales de 2014, la nouvelle équipe a complètement bouleversé les lignes tout en restant dans le cadre légal. Elle a mis en place trois piliers. Tout d’abord, le partage du pouvoir : les conseillers municipaux travaillent par binômes, chez eux il n’y a pas d’adjoint, du moins il n’y en a qu’un car c’est obligatoire légalement. Ils ont donc mis le maire et la première adjointe comme binôme de tête. Cela veut dire qu’au lieu d’avoir un adjoint aux travaux et à la sécurité, vous avez deux personnes qui sont en charge de cette responsabilité. Ils ont fait ce choix pour trois raisons : cela permet d’éviter l’isolement de l’adjoint, cela évite aussi les petits arrangements entre amis et enfin cela donne un niveau de responsabilité identique à l’ensemble des conseillers municipaux, pour un fonctionnement horizontal. Ils ont aussi travaillé sur l’équité des indemnités. Le deuxième pilier c’est la participation citoyenne. Ils ont ouvert toutes les instances ! Saillans est une commune de 1200 habitants, et 15 jours après les élections municipales ils ont organisé des portes ouvertes pour inviter les gens à s’inscrire dans les commissions municipales. 140 habitants se sont inscrits, ce qui est tout à fait considérable ! Ces personnes participent à l’élaboration technique des projets sur la durée du mandat. Ca n’est pas un petit investissement et ils se sont dit que cela pourrait être un frein pour certains, c’est pourquoi ils ont instauré un autre système en parallèle : les GAP, “groupes action-projet”, créés pour travailler temporairement sur un sujet précis. Quand j’y suis allé ils venaient de créer un groupe sur la problématique de l’éclairage de nuit. Une fois le problème résolu, le GAP disparaît. Ensuite ils ont mis en place une sorte de conseil municipal bis hebdomadaire qu’ils ont appelé “comité de pilotage”. Il est ouvert au public trois semaines par mois et n’importe qui peut intervenir dans le débat des élus sur les sujets à l’ordre du jour, il suffit de lever la main. Encore un autre exemple, ils ont instauré un observatoire de la participation; il s’agit d’un groupe de 12 personnes dont 6 sont désignées par tirage au sort dans la commune. Cet observatoire a deux fonctions : multiplier les opportunités de participation de la population, et surtout contrôler que les promesses électorales sont bien tenues, et si elles ne le sont pas d’expliquer pourquoi. Le dernier pilier, c’est la transparence. Selon leur slogan “tout doit être public”. Ils ont multiplié les outils qui permettent de tout savoir sur l’ensemble des réunions qui se font à Saillans.

Les communes sont-elles une bonne échelle pour transformer la société ?

Oui c’est une très bonne échelle. On veut nous faire croire qu’il ne se passe plus rien dans les communes, que le pouvoir n’est plus là. Au contraire ! J’ai consacré la deuxième partie de mon livre à des utopies qui sont devenues des réalités, grâce à des collectivités locales qui, avec les associations et les citoyens, ont véritablement transformé la vie des gens. C’est un très bon échelon pour changer les têtes, car les citoyens peuvent se sentir concernés, avoir envie d’oser, encore faut-il leur enlever les peurs. Maintenant, quand je regarde les démarches des jeunes pour le climat ou d’autres actions liées à la transition écologique, je constate une chose : beaucoup n’ont pas fait le rapprochement entre ces problématiques et la gestion municipale. Or si les communes ne s’impliquent pas dans la transition écologique ça ne fonctionnera pas, car leur responsabilité est énorme. Pour sauver la planète l’investissement politique local va être nécessaire pour pouvoir agir, pas suffisant mais nécessaire.

Vous dites qu’il faut “enlever les peurs”. C’est l’idée de votre livre, montrer à tout le monde qu’on peut s’engager dans la vie politique et dans la gestion d’une commune ?

Oui oui oui ! On veut faire croire que pour être élu aujourd’hui il faut être un expert en tout. Il n’y a rien de mieux pour dégoûter les gens ! On a tous dans la tête l’idée selon laquelle tout le monde n’a pas droit à faire de la politique. Aux personnes de ma génération on expliquait que c’était réservé aux sachants, aux parlants, à ceux qui avaient des diplômes, les notables la plupart du temps. Aujourd’hui il faut faire comprendre aux gens que c’est accessible à tout le monde et même plus, c’est un droit. Et contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire, ça n’est pas si compliqué que ça.

Vous observez une dynamique particulière pour les prochaines élections municipales ? Vous sentez que ça bouge au niveau des listes citoyennes et qu’il y a une envie de faire autrement ?

C’est incontestable, je n’ai jamais vu cela… sans être naïf non plus. Je sais à la fois qu’il y a une multitude de listes citoyennes qui sont en train de se lancer sur des idées qui se rapprochent très fortement de ce que je raconte, et pour autant je sais bien qu’il y aura peu d’élus. En tout cas il y aura un gros bouleversement dans le jeu des élections. Jusqu’à présent les municipales étaient réglées une fois pour toutes entre les partis, on décidait d’investitures et basta. A partir de 2020 ça ne se passera plus du tout comme ça. Ce changement culturel profond demandera plusieurs décennies pour réoxygéner notre démocratie. Donc, un échec électoral en 2020 ne serait qu’une étape d’un parcours gagnant.


Propos recueillis par Hélène Bannier
Photo : Esclarmonde Bernard

Vous aimerez aussi

Greenfib, un matériau biosourcé, durable et recyclable

Greenfib, un matériau biosourcé, durable et recyclable

A Vivonne dans la Vienne, un opticien lunetier a créé en 2018 la société LM Innotech et développé Greenfib. Il s’agit d’un plastique conçu à partir de poudres minérales, de farines végétales et d’huile de ricin. La particularité de ce matériau biosourcé c’est sa...

lire plus
L’ESS, une économie d’avenir pour les jeunes ?

L’ESS, une économie d’avenir pour les jeunes ?

Avec plus de 220 000 établissements employeurs en France et 2,3 millions de salariés, le champ de l’économie sociale et solidaire est en croissance régulière et ouvre largement ses portes aux jeunes, d’autant plus que 700 000 départs à la retraites sont prévus dans...

lire plus
Aller au contenu principal